Categories
togo

Un financement canadien en faveur du Togo pour renforcer la santé reproductive

Le pays de Faure Gnassingbé, et deux autres pays africains, vont bénéficier d’un financement de plus de 62 millions de dollars (soit 45 milliards de Francs CFA) du Canada, en soutien à la santé reproductive et sexuelle.
Les deux autres bénéficiaires sont le Sénégal et le Bénin pour des fonds qui seront consacrés essentiellement à la mise en œuvre de 7 projets. Cette annonce a été faite la semaine dernière par Patty Hajdu, le ministre canadien de la santé, à l’ouverture de la session annuelle de l’organisation. La facilité doit ainsi contribuer à éradiquer définitivement les barrières à l’accès aux services des droits reproductifs et sexuels, et de santé.
Le soutien doit aussi permettre de renforcer les capacités d’environ 15 millions de filles et de femmes d’ici à 2028, “à faire des choix éclairés en ce qui concerne leur santé”.
En effet, la République togolaise a réalisé, ces dix dernières années, de très gros progrès, en baissant le ratio de mortalité maternelle et en augmentant le taux de planification. “La planification familiale est devenue aujourd’hui une composante primordiale des politiques ayant pour socle (ou pour fondement) la santé de l’enfant et de la mère”, a déclaré madame Victoire Dogbé, la nouvelle cheffe du gouvernement togolais.

       Qu’est ce que le partenariat de Ouagadougou?

Le Partenariat de Ouagadougou, lancé en février 2011, lors de la Conférence Régionale sur la Planification familiale, le Développement et la Population, réunit neuf pays de l’Afrique de l’Ouest (à savoir le Togo, le Sénégal, le Niger, la Mauritanie, le Mali, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, et le Bénin). Le but principal de ce partenariat étant d’atteindre deux millions (au moins) de nouvelles utilisatrices de méthodes de planification familiale dans les neuf pays concernés. En effet, ce dernier vise principalement à améliorer la santé reproductive et sexuelle des filles et des femmes.
Il est à noter que l’Afrique de l’Ouest connaît : un indice synthétique de fécondité extrêmement fort, une prévalence contraceptive trop faible, les plus forts taux de mortalité, et les taux de fécondité les plus élevés au monde avec une moyenne de 7 enfants par femme. Le nombre considérable de grossesses non planifiées présente aujourd’hui des risques graves pour la santé des enfants et des mères. Selon le dernier rapport de l’UNICEF, plus de quatre femmes meurent chaque heure de causes liées à la maternité.
Le partenariat veut ainsi promouvoir la planification familiale dans le respect du contexte actuel de chacun des neuf pays.