Categories
Main

Togo : à Lomé, le Covid-19 a vidé les rues

En pleine crise du coronavirus, Handicap International (organisation de solidarité internationale impartiale et indépendante) a mis en place des maraudes dans la capitale du Togo, Lomé, afin de venir en aide aux SDF (personnes vivant dans la rue ; sans domicile fixe) qui n’ont plus de moyens de subsistance.
C’est l’histoire des plus pauvres. À Lomé, la capitale togolaise, dès avril, au regard des services hospitaliers débordés par le nouveau coronavirus dans les pays d’Europe, le chef de l’Etat ‘Faure Gnassingbé’ a décidé de prendre des mesures radicales afin de protéger sa population. Le 31 mars, l’aéroport et les frontières terrestres étaient fermés, comme d’ailleurs les restaurants et les bars. Un couvre-feu était décrété dans le pays, interdisant ainsi les déplacements. ‘Faure Gnassingbé’ a tenté d’interdire aussi les motos taxis, le moyen de transport le plus utilisé.
Pour l’instant, le bilan sanitaire est plutôt satisfaisant. Selon les dernières données publiées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), la République togolaise a enregistré 12 décès liés au coronavirus et 560 cas. Mais, Moustafa Mijiyawa, ministre de la santé togolais, redoute l’arrivée de la vague. Il est important de rappeler que les frontières terrestres sont toujours fermées.
La capitale togolaise vit au ralenti depuis plus de quatre mois. Une situation laissant sans ressources (sans moyens) les 10 500 personnes, dont les ⅔ des femmes, habitant dans les rues de Lomé. Elles vivaient du service de portage des sacs de commissions, de la vente de bouteilles d’eau aux feux rouges, des aumônes données dans les lieux de culte (à savoir les églises, les mosquées, les temples, etc.), des restes des plats servis dans les bars ou les restaurants…

La Banque Africaine de Développement (BAD) fait un don de 45 millions d’euros au Togo

Le président de la BAD, Akinwumi Adesina, a approuvé le mois dernier à la capitale ivoirienne, la réaffectation d’un prêt (avance, aide, etc.) de 45 millions d’euros afin d’aider le pays à acheter des intrants agricoles (matériels, engrais, énergie, etc.) destinés essentiellement à renforcer sa sécurité alimentaire face au nouveau coronavirus, qui sévit un peu partout sur la planète. La République togolaise est fortement dépendante de son secteur agricole, qui emploie plus de 36 % de sa population active et représente 62 % de son Produit Intérieur Brut (PIB). La Banque Africaine de Développement a créé depuis le début de la crise une facilité de réponse rapide au coronavirus afin de juguler les effets de l’épidémie en Afrique. Le but ? Fournir les ressources essentielles à ses pays membres afin de faire face à l’épidémie, pire ennemi de l’humanité.