Categories
togo

Élection présidentielle ivoirienne : l’ONU invite à la mise en place d’une élection inclusive et pacifique

Alors que le climat est assez tendu depuis le rejet des candidatures de l’ancien Premier ministre Guillaume Soro et l’ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, pour les élections présidentielles ivoiriennes de 2020, le représentant des ONU appelle à la mise en place d’une présidentielle en Côte d’Ivoire, inclusive et pacifique.

       L’avis du représentant des Nations unies

Suite à la fin de sa mission d’une semaine en Côte d’Ivoire, Mohamed Ibn Chambas, le représentant spécial des Nations unies dans la région de l’Ouest africaine et le Sahel, assure qu’il est important que le pays songe à la mise en place d’une élection présidentielle ivoirienne du 31 octobre 2020, d’une façon inclusive et pacifique.
D’après le communiqué rendu publique dimanche dernier, le représentant spécial des Nations unies au sein de la région, à renouveler son appel aux différents acteurs politiques ivoiriens afin de continuer leur engagement pour la mise en place d’une élection présidentielle ivoirienne, inclusive et pacifique, dans le cadre du respect des droits de l’Homme.
Dans ce contexte, il est important de mentionner la libération provisoire des détenus, le 23 septembre dernier, constituant ainsi un geste du parti au pouvoir d’honorer ses engagements. Néanmoins, Mohamed Ibn Chambas, assure, qu’il espère que d’autres mesures d’apaisement devront être prises en compte tandis que le processus électoral se poursuit, en abordant le sujet de la libération de l’ancien Premier ministre Guillaume Soro.

        Les candidatures acceptées

Le 14 septembre dernier, le Conseil constitutionnel a rejeté la candidature de Guillaume Soro, ainsi que celle de Laurent Gbagbo pour les présidentielles en Côte d’Ivoire de 2020, toutefois, il a validé la candidature du président sortant Alassane Ouattara, qui brigue un troisième mandat assez controversé.
Mohamed Ibn Chambas, qui a achevé sa mission en Côte d’Ivoire, a affirmé qu’il est essentiel que les différents acteurs politiques ivoiriens évitent l’utilisation de discours de haine et violence ainsi que toute forme de sectarisme, afin d’assurer un scrutin présidentiel pacifique et un processus électoral apaisé. En outre, le représentant spécial de l’ONU insiste sur l’importance de veiller à garder une bonne concertation en agissant en synergie afin de pouvoir surmonter les différends entre les différents partis politiques, préservant ainsi la prospérité, la paix et l’unité dans le pays.